Philippe Poutou : 6ème candidat Cap !

Philippe Poutou est le 6e des candidat-e-s à être Cap de répondre au défi lancé par Romy, une petite fille de 8 ans, et les jeunes Ambassadeurs de ONE. Voici l’analyse en détail de sa réponse.

Philippe Poutou est le quatrième candidat à prendre l’engagement le plus important pour ONE : il s’engage à atteindre l’objectif d’allouer 0,7% de la richesse nationale à l’aide publique au développement avant la fin du prochain mandat. Mais Philippe Poutou va encore plus loin puisqu’il précise que cet engagement sera atteint dès le second semestre 2017 ! De tous les candidats qui nous ont répondu, c’est donc lui qui souhaite atteindre cette cible le premier. On voit aussi que l’aide au développement est une thématique qui intéresse tout particulièrement le candidat puisque celui-ci cite dans sa réponse le rapport DATA 2015 de ONE, qui fait chaque année le suivi des financements mondiaux pour le développement.

Philippe Poutou résume d’autre part clairement ses priorités : il souhaite cibler l’aide au développement sur les pays les plus pauvres et notamment sur les 27 pays, identifiés dans le rapport de ONE, qui n’allouent pas un montant suffisant de leurs dépenses publiques aux services essentiels prioritaires que sont la santé et l’éducation. Cette réponse du candidat va dans le sens des recommandations de ONE de cibler les pays les plus pauvres et les plus fragiles d’Afrique. Sur ces 27 pays, 23 font partie de cette catégorie qui ne bénéficie que de 29% de l’aide française, ce que ONE considère comme largement insuffisant. C’est pourquoi nous demandons à ce que cette part de l’aide allouée au pays les plus pauvres et les plus fragiles double d’ici à 2022.

Philippe Poutou affirme aussi qu’il concentrera ses efforts sur les femmes et les jeunes filles dans les pays en développement. En effet, celles-ci font face à un double fardeau, celui de la pauvreté et des inégalités femmes-hommes. Pourtant, seul 23% de l’aide française leur est spécifiquement destinée aujourd’hui. Pour ONE, cette part doit absolument atteindre au moins 50% avant 2022.

Le candidat du nouveau parti anticapitaliste est aussi un fervent défenseur de la transparence, qui, permettra de lutter contre les flux financiers illicites dont sont victimes les pays en développement. Il cite notamment le secteur extractif, dont la transparence faisait partie des demandes portées par l’ONG déjà lors de l’élection présidentielle de 2012. Le rapport publié le 13 avril dernier par ONE, Oxfam et Sherpa, qui analyse les données publiées par ces entreprises extractives sur leurs activités en Afrique, montre que la lutte contre l’opacité du secteur doit rester une priorité. Mais le candidat a raison quand il dit qu’il faut aussi « mettre à plat et rendre public les montages financiers et les sociétés écrans ». Deux mesures phares en discussion à l’échelle européenne seront à l’agenda du prochain président. D’une part, le reporting pays par pays public, qui permet de savoir si les multinationales paient leurs impôts là où ils sont dus, et d’autre part la publication de l’identité des propriétaires réels des sociétés écrans pour en finir avec l’anonymat des personnes bénéficiant de l’argent circulant via ces sociétés et ces trusts.

Philippe Poutou fait cependant abstraction de la dimension internationale de la lutte contre l’extrême pauvreté. Pour ONE, il est en effet important que la France utilise son rang sur la scène internationale pour promouvoir une politique de développement à la hauteur des besoins et pour inciter les autres Etats à suivre ces orientations. C’est important notamment dans le cadre de l’Union européenne mais aussi du G20, qui sera un des premiers grands rendez-vous internationaux du prochain Président et qui, pour la première fois, a mis l’Afrique à l’agenda. Il est important que la communauté internationale dans son ensemble prenne conscience de la nécessité de s’attaquer au fléau de l’extrême pauvreté le plus tôt possible afin que nous vivions dans un monde plus stable et plus juste, au plus tard en 2030.

Après analyse, ONE considère que Philippe Poutou a proposé un plan pour l’Afrique ambitieux, notamment sur le volet des financements. Il a aussi pleinement saisi l’enjeu de la transparence et son lien avec le développement du continent africain. Le candidat pourrait cependant améliorer ses propositions en ayant une vision plus globale de la réponse à l’extrême pauvreté, et notamment en prenant en compte le rôle que doit jouer la France sur la scène internationale.

ONE déclare donc officiellement que Philippe Poutou est CAP. Plus que 5 candidat-e-s ! 

Retrouvez l’intégralité de la réponse de Philippe Poutou à ONE ici.

La campagne Cap ou pas Cap est un projet de l’organisation internationale ONE Action.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires