Emmanuel Macron : 5ème candidat Cap de répondre au défi de Romy !

Emmanuel Macron est le 5e des candidat-e-s à être Cap de répondre au défi lancé par Romy, une petite fille de 8 ans, et les jeunes Ambassadeurs de ONE. Voici l’analyse en détail de sa réponse.

Dans sa réponse à ONE, Emmanuel Macron prend pour la première fois depuis le début de la campagne un engagement précis pour augmenter l’aide aux pays les plus pauvres d’ici à 2022.

Il déclare qu’il atteindra l’objectif international d’allouer 0,7% de la richesse nationale à l’aide publique au développement (APD) en 2025 avec un engagement intermédiaire de 0,55% d’ici à 2022, à savoir avant la fin de son mandat s’il est élu. Ceci représente une augmentation importante quand on sait que la France n’a atteint que 0,38% en 2016 !

ONE salue cet engagement fort d’Emmanuel Macron mais note qu’il reste cependant moins ambitieux que d’autres candidats déjà Cap et que nos pays voisins. L’Allemagne est souvent évoquée comme un point de comparaison pendant cette campagne. Osons donc aussi la comparaison sur les questions de développement ! Notre voisin vient d’atteindre l’objectif des 0,7% alloués à l’aide au développement  comme l’OCDE l’a annoncé la semaine dernière, loin devant la France.

Emmanuel Macron précise par ailleurs dans sa réponse qu’il ne conditionnera pas l’aide au développement à la politique migratoire. Ceci devrait être une évidence mais au vu du contexte politique actuel, il est important de le rappeler. Il s’agit d’une précision de taille, la seule qui permet de s’assurer que l’aide soit efficace dans son objectif de lutte contre l’extrême pauvreté.

Le candidat d’En Marche ! insiste aussi à juste titre sur l’importance de l’augmentation des dons – la partie du budget d’APD qui va en priorité aux pays les plus pauvres qui ne sont pas assez solvables pour bénéficier de prêts.

Ceci est aussi en lien avec son objectif de concentrer l’aide de la France vers l’Afrique, et plus particulièrement vers les pays francophones et vers les pays les moins avancés. Il se donne à ce sujet une cible précise : allouer 0,15% de la richesse nationale aux pays les moins avancés. Cette cible n’est cependant pas suffisamment ambitieuse : ni pour l’ONU, qui la fixe à 0,2% du RNB, ni pour ONE, qui considère que la France devrait doubler la part de son aide allouée aux pays les plus pauvres d’Afrique mais aussi ceux qui sont parmi les plus fragiles, comme le Nigeria. Même si ce pays est la 2e économie du continent, c’est un pays avec des défis énormes : il doit faire face à Boko Haram, au risque de famine dans le nord-est du pays et à un manque crucial d’accès à l’éducation avec 13 millions d’enfants non scolarisés. Un chiffre supérieur à la totalité des habitants de l’Ile-de-France par exemple !

Pour Emmanuel Macron, la priorité donnée à l’Afrique ne s’arrête pas au niveau français et il souhaite ainsi la porter au niveau européen et international. En effet, 2017 sera marquée par deux évènements importants pour le partenariat avec l’Afrique : le G20 en Allemagne en juillet qui a mis ce continent à l’honneur, et le sommet entre l’Union européenne et l’Afrique en novembre.

Par ailleurs Emmanuel Macron rejoint totalement ONE en s’engageant à allouer au moins 50% de l’aide française à des projets visant à réduire les inégalités femmes-hommes. Comme le dit le candidat : « On ne peut pas laisser la moitié de la population mondiale de côté ». Il souligne notamment l’importance de l’éducation des filles. « Deux tiers des 800 millions d’analphabètes à travers le monde sont des femmes ». Oui et 130 millions de filles n’ont pas accès à l’éducation dans le monde aujourd’hui, sans compter les analphabètes adultes. Pour arriver à « zéro » et atteindre les Objectifs de développement durable, il faudra que la communauté internationale prenne des mesures spécifiques pour s’assurer que chaque fille ait accès à l’éducation. ONE accueille positivement également les autres priorités sectorielles définies par le candidat : la santé et l’agriculture, mais aussi l’emploi et la formation professionnelle des jeunes, notamment en soutenant des PME africaines.

Un bémol de taille est pourtant à déplorer dans la réponse d’Emmanuel Macron : il consacre à peine une ligne à la lutte contre l’évasion fiscale et la corruption. Pourtant, 1000 milliards de dollars s’échappent des pays en développement chaque année à cause des flux financiers illicites ! Et ceci est dû en partie à l’inaction des pays du Nord qui abritent les sociétés écrans et les trusts qui permettent de blanchir l’argent et qui n’exigent pas assez de transparence de la part des multinationales.

Deux dossiers européens en la matière seront à traiter en priorité par le prochain Président, et c’est largement la position française qui déterminera les négociations européennes. Si Emmanuel Macron est élu, il faudra qu’il clarifie au plus vite la position de la France qui doit rester le chantre de la transparence au niveau européen.

Pour rappel, en 2012,  dans le cadre de la campagne de ONE, le candidat François Hollande avait pris des engagements forts en matière de transparence des entreprises minières et pétrolières, particulièrement importantes en Afrique. Une fois élu Président, il n’avait pas oublié cet engagement et avait porté cette bataille de manière proactive au niveau européen ce qui avait largement déterminé le résultat des négociations à Bruxelles et avait permis l’adoption d’une directive forte en la matière. ONE, avec nos partenaires Sherpa et Oxfam, vient de publier un rapport qui fait l’état des avancées que cette directive a permises mais aussi des failles qu’il reste à combler. ONE encourage Monsieur Macron à lire notre rapport qui pourra alimenter ses propositions en matière de transparence financière !

Après analyse, ONE considère que le plan pour l’Afrique d’Emmanuel Macron permettra d’intensifier la lutte contre l’extrême pauvreté. Emmanuel Macron a bien cerné les priorités qui devront déterminer la politique de développement de la France afin de soutenir efficacement les populations les plus pauvres et les plus fragiles et les précisions sur le budget qui soutiendra cette politique vont dans le bon sens, même si elles restent toujours un peu timides. S’il est élu, ONE ne manquera pas de rappeler au candidat les manquements de son programme sur les questions de lutte contre l’évasion fiscale et la corruption et de continuer à militer pour que la France tienne enfin l’engagement des O,7% au cours du prochain mandat.  

ONE déclare donc officiellement qu’Emmanuel Macron est Cap. 6 candidat-e-s doivent encore présenter leur plan pour l’Afrique. Le compte à rebours a commencé !

Retrouvez l’intégralité de la réponse d’Emmanuel Macron à ONE ici.

La campagne Cap ou pas Cap est un projet de l’organisation internationale ONE Action.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires