one one

cap ou pas cap cap ou pas cap

one one
Aidez Romy et ONE

Demandez aux candidat-e-s à l’élection présidentielle de rencontrer Romy et ONE et de présenter leur plan pour l’Afrique.

Lorsque vous indiquez vos coordonnées, vous acceptez la politique de confidentialité de ONE. Vous recevrez occasionnellement des informations sur nos campagnes. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

cap
Amplifiez le message de Romy et de ONE en partageant la campagne.
Aidez Romy et ONE
Je signe !
cap

Jean-Luc Mélenchon : 3ème sur la liste des candidats Cap !

Jean-Luc Mélenchon est le 3e des candidat-e-s à être Cap de répondre au défi lancé par Romy, une petite fille de 8 ans, et les jeunes Ambassadeurs. Voici l’analyse en détail de sa réponse.

Jean-Luc Mélenchon est le second candidat à prendre l’engagement le plus important pour ONE : il s’engage à atteindre l’objectif d’allouer 0,7% de la richesse nationale à l’aide publique au développement au plus tard en 2022 ! Sans cet engagement il sera impossible d’éradiquer l’extrême pauvreté d’ici à 2030. Mais Jean-Luc Mélenchon va encore plus loin, puisqu’il propose d’atteindre cet objectif sans utiliser les revenus des deux taxes solidaires qui existent aujourd’hui en France (la taxe sur les transactions financières et la taxe sur les billets d’avion). Ces deux taxes permettraient donc de dégager des fonds additionnels aux 0,7% pour améliorer la situation des pays en développement. Dans le  même temps, il s’engage à accroître la transparence de cette aide.

Le candidat de la France insoumise souhaite aussi aller plus loin que l’effort budgétaire pour concourir « à une meilleure et réelle politique pour le développement social, économique et environnemental mondial ». Il propose notamment de lutter contre le fardeau de la dette, un combat historique de ONE, qui est malheureusement à nouveau d’actualité dans des pays comme le Mozambique. Il apporte par exemple son soutien à un mécanisme onusien de gestion de la dette qui est en effet en discussion à New York mais n’a pas encore été adopté.

Jean-Luc Mélenchon affirme aussi que la politique de développement de la France doit avoir pour unique finalité de « contribuer au développement humain, […] en agissant prioritairement pour les pays les plus fragiles et les plus pauvres, notamment ceux situés en Afrique ». Il est en effet primordial de se concentrer particulièrement sur l’Afrique car 70% des pays les moins avancés et plus de la moitié des Etats fragiles sont concentrés sur ce continent.

Bien que le candidat ne précise pas de priorité financière pour cette région, il s’engage à allouer 50% de l’aide au développement de la France aux pays les moins avancés dans le monde d’ici à 2022, un objectif international auquel la France n’a pas encore souscrit.

Par ailleurs, le candidat insiste sur l’objectif principal de l’aide au développement, à savoir la lutte contre l’extrême pauvreté et rejette aussi la conditionnalité de cette aide, notamment à « la régulation des flux migratoires ou de sécurité ». C’est un point crucial que nous saluons quand le principe même de l’aide au développement est aujourd’hui menacé.

D’autre part, Jean-Luc Mélenchon nous dit qu’il accorde une place importante à l’égalité femmes-hommes et qu’il lui semble pertinent d’allouer une part importante de l’aide française aux projets ciblant les inégalités de genre. Le candidat pourrait cependant être plus précis et s’engager, comme le recommande ONE, à allouer 50% de l’aide française à de tels projets.

La transparence et la lutte contre l’évasion fiscale sont aussi au cœur du plan pour l’Afrique du candidat, qui souhaite imposer aux multinationales de rendre public un reporting pays par pays de leurs activités afin de « taxer les bénéfices des entreprises là où ils sont réalisés », une mesure phare défendue par ONE depuis plusieurs années. Il a aussi raison de dire que la lutte contre l’évasion fiscale doit se faire au niveau international : c’est aussi ce que ONE recommande, notamment au niveau de l’Union européenne. Cependant, un élément est absent de la réponse : la lutte contre les sociétés écrans et les trusts. Pour cela, ONE encourage le candidat à soutenir la mise en place de registres publics de l’identité des bénéficiaires qui se cachent réellement derrière les sociétés et les trusts, des entités notamment au cœur du scandale des Panama Papers.

Enfin, concernant l’influence de la France au niveau l’international, Jean-Luc Mélenchon insiste sur le rôle que doivent jouer les Nations Unies dans la politique de développement internationale. L’ONU est en effet une organisation internationale charnière. ONE considère cependant que la lutte contre l’extrême pauvreté doit être menée sur tous les fronts et que la France doit y être également présente et les utiliser comme levier d’influence sur les autres Etats. C’est le cas du G7 et du G20, mais aussi de l’Union européenne, qui à elle seule alloue près de 66 milliards d’euros à la lutte contre l’extrême pauvreté.

Après analyse, ONE considère que le plan pour l’Afrique de Jean-Luc Mélenchon est à la fois ambitieux au regard des enjeux, mais aussi précis dans ses propositions. Il reconnaît l’importance de l’effort budgétaire que la France doit fournir pour lutter contre l’extrême pauvreté et s’engage concrètement dans ce sens. Il partage les priorités de ONE et défend les principes de l’aide publique au développement. Jean-Luc Mélenchon pourrait être plus précis sur les engagements financiers alloués à ces priorités comme la lutte contre les inégalités femmes-hommes. S’il est élu, nous prendrons les engagements financiers de Jean-Luc Mélenchon au pied de la lettre et nous l’encouragerons à utiliser toutes les opportunités internationales qui s’offrent à lui pour lutter contre l’extrême pauvreté.

ONE déclare donc officiellement que Jean-Luc Mélenchon est Cap. Plus que 8 candidat-e-s !

Retrouvez l’intégralité de la réponse de Jean-Luc Mélenchon à ONE ici.

La campagne Cap ou pas Cap est un projet de l’organisation internationale ONE Action.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires