Benoît Hamon : premier candidat à être Cap !

Tout d’abord, ONE tient à féliciter Benoît Hamon qui est le premier candidat à répondre au défi lancé par Romy, une petite fille de 8 ans, et les jeunes Ambassadeurs. Le vendredi 24 mars, ONE a reçu sa proposition de plan pour l’Afrique. Mais la rapidité de sa réponse ne nous dit pas s’il est Cap, seule l’analyse dans le détail peut en juger.

Crédit photo : Margot L’Hermite

Nous ne le répèterons jamais assez : l’argent est le nerf de la guerre – sans argent même les plus belles promesses resteront lettre morte. Benoît Hamon semble d’accord avec nous puisqu’il s’engage à ce que 0,7% de la richesse nationale de la France aille vers l’aide publique au développement d’ici à 2022. (APD : à savoir le budget de la France dédié aux pays pauvres) Il est le premier candidat à prendre cet engagement.

Par ailleurs, il s’engage à augmenter massivement les dons bilatéraux qui sont en effet très faibles dans le budget d’aide française actuel, et pourtant essentiels pour soutenir les pays les plus pauvres et fragiles. Cette augmentation de l’APD sera notamment mise au profit de l’éducation primaire et secondaire et de la promotion de l’égalité femmes-hommes – deux sujets en effet trop longtemps négligés par le grand pays donateur qu’est la France.

Peut-être que Benoît Hamon sera prêt à soutenir la campagne de ONE ‘La pauvreté est sexiste’ en participant à notre action #GirlsCount en faveur de l’éducation des filles ?

Au-delà des priorités sectorielles, Benoît Hamon dit aussi quelque chose qui pourrait sembler banal mais qui est essentiel : « La France n’utilisera jamais l’aide au développement à d’autres fins que la lutte contre l’extrême pauvreté ». Il défend l’idée qu’essayer de contrôler l’immigration via l’aide au développement est quelque chose qui serait de toute manière voué à l’échec car même l’OCDE indique que conditionner l’aide ne fonctionne pas.

Concernant le périmètre géographique, Benoît Hamon nous indique aussi dans sa lettre que sa priorité se portera sur le Sahel et qu’il compte augmenter l’aide vers les pays les plus pauvres et les plus fragiles d’Afrique.

C’est fort nécessaire car aujourd’hui la France n’alloue que 29% de son aide totale à ces pays, malgré le fait qu’elle en fait une priorité dans ses discours depuis de nombreuses années. Nous aurions souhaité que Benoît Hamon aille plus loin en fixant un objectif financier pour ces pays car sans objectif financier, la situation risque de ne pas changer pour ces populations qui ont, rappelons-le, le plus besoin d’aide. Nous n’allons donc pas baisser les bras pour le convaincre de s’engager à doubler la part de l’aide allouée à cette catégorie de pays, pour passer de 29% à 58% d’ici à 2022.

Par ailleurs, améliorer la gouvernance et notamment soutenir les mouvements citoyens est une priorité pour le candidat socialiste. Ici aussi, la situation risque de ne pas changer sans cap financier clair. Le soutien notamment à la société civile mais aussi aux parlements, aux cours des comptes etc. a été trop longtemps laissé de côté par la France qui n’y alloue actuellement que 2% de son aide, contrairement à la moyenne des autres pays donateurs qui s’élève à 11%.

Au-delà des questions financières, Benoît Hamon est clair sur son engagement en matière de lutte contre la corruption et l’évasion fiscale et soutient nos deux mesures prioritaires à cet égard. Il affirme dans sa lettre soutenir, d’une part, la lutte pour la transparence des sociétés écrans et trusts – ces entités opaques, véritables clés de voûte du blanchiment d’argent comme l’ont par exemple montré le scandale des Panama Papers – et d’autre part la mise en place d’un reporting public des multinationales pour tous les pays dans lesquels elles opèrent. Deux batailles à mener au niveau européen, pour les citoyens européens et africains… Mais pas les seules selon Benoît Hamon.

Le jour du 60e anniversaire du Traité de Rome, Benoît Hamon nous indique aussi qu’il compte porter sa vision du développement au niveau européen et ainsi réorienter la politique de l’Union Européenne qui représente le plus grand donateur dans le monde, mais aussi un partenaire important de l’Afrique en matière de commerce par exemple.

D’importantes négociations se tiendront en fin d’année et devront en effet être une priorité pour le prochain Président de la République. Les jeunes devront y avoir toute leur place car c’est leur avenir qui y sera discuté. S’il est élu, nous prendrons les propos de Benoît Hamon au pied de la lettre : il promet de nouveaux partenariats et échanges entre les jeunes des deux continents, les jeunes Ambassadeurs européens et les ONE Champions nigérians seront donc au rendez-vous !

Pour conclure, Benoît Hamon a, pour les 4 priorités identifiées par ONE, pris la majorité des engagements nécessaires afin d’améliorer la situation des populations et des pays les plus pauvres et les plus vulnérables d’Afrique et de lutter efficacement contre l’extrême pauvreté.

ONE le déclare donc officiellement Cap et espère que d’autres candidats suivront dans les prochains jours !

Retrouvez l’intégralité de la réponse de Benoît Hamon à ONE ici.

La campagne Cap ou pas Cap est un projet de l’organisation internationale ONE Action.

Venez discuter

Lignes directrices pour les commentaires